Édito

VIENS VIVRE MA VIE D’ENTREPRENEUR…

Publication : N° 10 avril 2019

C’est en substance ce qui est ressorti des réunions que nous avons organisées dans le cadre du Grand débat national.

Au total, plus de 5 000 citoyens-entrepreneurs se sont exprimés ou ont contribué en ligne. Il se dégage pour moi trois axiomes forts de cette participation significative : un état d’esprit réellement constructif, un sens des responsabilités remarquable et la conviction partagée que la France a besoin de ses entrepreneurs. Une invitation a été lancée à plusieurs reprises, sous cette forme très directe : « Députés, sénateurs, Monsieur le Président, venez vivre ne serait-ce qu’une journée notre vie de chef d’entreprise ! Pour en comprendre la complexité et les paradoxes ».

Derrière cette injonction sympathique pointe un réel cri d’alarme et la conviction profonde – que je partage, car j’en constate les effets dans ma propre société – d’une méconnaissance par les élus des réalités auxquelles se confrontent les dirigeantes et dirigeants de PME. Il ne s’agit pas ici de demander moins de charges ou davantage d’aides, mais de faire comprendre que notre pays, fortement marqué par l’identité technocratique de sa fonction publique, souffre de son propre système. Les lois et décrets qui s’empilent, non sans complexifier les prises de décision, les effets de seuil, les normes, la rigidité de l’administration, les règles qui changent en permanence et rendent caduques des choix opérés dans l’entreprise.

Un temps d’appréciation préalable de l’acceptabilité, à la fois économique et sociale, des mesures envisagées me semble nécessaire. Tout comme une évaluation du service public par les usagers-chefs d’entreprise. Ou encore une intégration des représentants du monde entrepreneurial aux décisions, voire leur présence dans les instances de pilotage de l’action publique. Les entrepreneurs sont dévoués à leurs clients et à leurs collaborateurs, passionnés par leur métier, mobilisés pour innover aux plans technologique et  social. Je conclurais donc ainsi : « Députés, sénateurs, Monsieur le Président, venez écouter, observer, interroger nos entrepreneurs ».

Emmanuel Imberton
Président de la CCI Lyon Métropole