Apprentissage

Tout sauf une voie de garage !

Publication : N° 12 décembre 2019

Les voyants sont au vert pour l’apprentissage. Le nombre de nouveaux contrats signés en 2019 a augmenté de 16 %. Ce boom spectaculaire est porté par la simplification des démarches inscrite dans la loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel.  Un texte qui bouleverse aussi le circuit de financement, dont la taxe d’apprentissage collectée désormais en deux fois. Première échéance avant le 29 février 2020.

L’apprentissage, voie enfin royale ? Longtemps boudée, cette forme d’enseignement mêlant formation théorique et pratique en Centre de formation d’apprentis (CFA) d’une part et travail rémunéré en entreprise d’autre part connaît un sursaut d’intérêt. En 2019, 368 000 nouveaux jeunes l’ont choisi, dont 353 000 dans le secteur privé, soit une hausse de 16 % par rapport à l’année précédente. Une croissance à deux chiffres jamais observée par le passé, notamment dans le Rhône où elle atteint 49 %. La CCI a enregistré 6 563 contrats sur la période du 1er juin au 31 décembre 2019, du jamais vu ! Au final, la France comptait 491 300 apprentis en fin d’année dernière.

Une procédure considérablement simplifiée
Les voyants passent donc au vert grâce à la loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel destinée à développer l’offre de formation et à rendre plus attractive cette voie d’avenir et d’excellence. Le texte de septembre 2018 simplifie le système.  Ainsi, les entreprises qui sont en manque de profils qualifiés ont désormais la possibilité de lancer leur propre CFA, sans autorisation administrative à demander aux Régions ou à l’État. Conséquences : en 2019, 554 demandes d’ouvertures de CFA, dont 200 déjà réalisées qui viennent s’ajouter aux 965 existant avant la réforme. Ces demandes émanent de branches  professionnelles, de collectivités, d’organismes de formation, mais aussi d’entreprises comme Accir, Adecco et Safran. La loi facilite aussi considérablement les démarches. Plus besoin, par exemple, pour les chefs d’entreprises de remplir plusieurs dossiers, un seul suffit désormais : le contrat d’une durée minimale réduite à six mois peut être signé n’importe quand dans l’année et rompu plus facilement. Enfin, la limite d’âge pour entrer en apprentissage est repoussée de 26 à 30 ans et la rémunération peut désormais grimper à 100 % du Smic.

La taxe d’apprentissage versée aux OPCO
Autre évolution : le versement de la taxe d’apprentissage est scindé en deux. Destinée au financement de l’apprentissage, une fraction de 87 % doit être versée par les entreprises avant le 29 février 2020 aux seuls Opérateurs de compétence (OPCO). Les CCI perdent ainsi cette compétence. À court terme, seule l’Urssaf sera apte à collecter la taxe. Les 13 % restant sont à acquitter avant le 31 mai 2020 directement auprès des écoles de son choix dispensant  formations initiales technologiques ou professionnelles. Les écoles du réseau des CCI – Eklya Lyon, Eklya Saint-Étienne, Esmae Lyon, Hybria et Point A CCI Lyon Métropole Saint-Étienne Roanne – restent éligibles.

Les CCI, toujours là pour accompagner les entreprises et les jeunes
Si la CCI ne collecte plus la taxe, elle poursuit son accompagnement à la rédaction des contrats, la médiation et l’enregistrement des stages de découverte professionnelle. De son côté, CCI Formation propose des matinales d’information sur les changements (financements, acteurs, articulations des dispositifs, modalités de formation…), en partenariat avec Centre Inffo, association sous tutelle du ministère en charge de la Formation professionnelle.

Longtemps été à la traîne et perçu comme une voie de garage, l’apprentissage est aujourd’hui considéré comme un excellent passeport pour décrocher un travail, tous diplômes confondus. Sept apprentis sur dix trouvent un emploi dans le semestre suivant leur formation. Dans le détail, c’est même huit jeunes en bac pro sur dix qui décrochent un job et presque neuf sur dix pour les BTS.  À ce rythme, le cap des 500 000 apprentis en France pourrait être atteint en 2020. Un objectif affiché par la plupart des gouvernements depuis 1975.

Contact : Alexia Olier 04 72 40 56 78

Le programme des Matinales Centre Inffo 2020

  • 21 février : Réforme de la formation professionnelle, où en est-on en 2020 ?
  • 2 avril : L’alternance, an I de la réforme : apprentissage, contrat de professionnalisation et Pro A, mais concrètement, comment ça marche ?
  • 12 juin : Comment élaborer une politique négociée autour de la formation professionnelle après la réforme de 2018 : quels leviers et quelles opportunités ?
  • 22 septembre : Recruter un salarié formé : quels dispositifs et quelles aides à disposition de l’entreprise ?
  • 16 novembre : Focus sur les nouvelles exigences Qualité en formation

www.cciformationpro.fr