Grands groupes VS PME

Pourquoi la relation est-elle plus saine

Publication : N° 3 décembre 2016

Après la méfiance, place à la confiance. Une nouvelle ère dans les relations entre les grands groupes et les PME s’ouvre autour d’intérêts communs, se traduisant par des échanges collaboratifs – et fructueux – en matière de R&D, d’international ou de process industriel. La PME est perçue comme une opportunité, un partenaire ; et non plus comme un exécutant. Une transformation à laquelle participe la CCI, via le dispositif Lyon Pacte PME.

Entre  asservissement  et  dépendance,  entre  méfiance et défiance, les relations entre PME  et  grands comptes n’ont, historiquement, jamais été un long fleuve tranquille. Contrairement à ce qui se passerait Outre-Rhin, la France serait même incapable de faire émerger une authentique solidarité entre entreprises. Privées du soutien des leaders, notamment pour aller à l’international, les PME et les startups françaises ne bénéficieraient pas du coup de pouce nécessaire pour franchir de nouveaux paliers. Et devenir ces ETI dont l’économie a tant besoin ! Pire, les grands groupes aggraveraient la situation, en réglant avec retard les factures de leurs « petits » fournisseurs. Une étude réalisée par le cabinet Opinionway en janvier 2016 montre en effet que 45 % des PME constatent une hausse des délais de règlement depuis 2015. Mais également que 21 % des fournisseurs perçoivent, sur les deux dernières années, une amélioration de la qualité de leurs relations avec les grands comptes. Le tableau ne serait donc pas si noir…

2.4 MD€
Le montant de commandes, au niveau national, attribué aux PME par les grands comptes adhérents au Plan PME, en 2014.
Source : Observatoire du Plan PME, 2015

Gaëtan de Sainte Marie
fondateur et président de PME Centrale
Lyon, 69

Comme   le   confirme   Gaëtan de Sainte Marie, fondateur et président de PME Centrale, premier   groupement   d’achats   pour entreprises de petite taille, la situation semble plutôt évoluer positivement. « Nous assistons à un changement de mentalité porté par les jeunes, qui recherchent davantage à travailler à plusieurs. C’est aussi la fin du mythe du dirigeant super-héros capable de tout faire : les chefs d’entreprise d’aujourd’hui reconnaissent leurs faiblesses et l’intérêt de travailler ensemble pour aller à l’international, conduire des innovations ou effectuer des achats. Faire mieux à plusieurs est le mot d’ordre de l’économie collaborative ». Créée en 2001, PME Centrale rassemble aujourd’hui 6 000 PME et TPE sous une même bannière afin de bénéficier de prix avantageux pour leurs achats de fournitures non stratégiques, au même niveau que les grands groupes. « Les entrepreneurs sont capables de se rassembler et de parler d’une seule voix face aux groupes. Nous créons un dialogue, précise Gaëtan de Sainte Marie. On mutualise les intelligences et les savoir-faire pour avancer ensemble. Les petites entreprises s’y retrouvent grâce à des prix d’achat avantageux. Les 200 fournisseurs référencés chez nous profitent d’un vivier de 6 000 clients et augmentent leurs parts de marché ». Ce discours, Gaëtan de Sainte Marie l’a tenu, en octobre, devant un parterre de représentants de grands comptes lors d’une conférence organisée dans le cadre du dispositif Lyon Pacte PME, lancé en juin pour garantir le développement économique du territoire.

10
rencontres ont été programmées dans le cadre de Lyon Pacte PME depuis juin dernier.

23 %
des achats des grands groupes sont passés auprès de PME

33 %
des PME réalisent plus de 50 % de leur chiffre d’affaires avec des grands groupes.

Déclinaison du Pacte PME créé en 2010 par l’État, cet outil vise à faciliter l’accès des PME à la commande publique, ainsi qu’à inciter les entreprises et les groupes à travailler ensemble dans les domaines des RH, de l’innovation, du développement à l’international et des achats. Parmi les premiers membres de Lyon Pacte PME, Servan Le Guern, directeur territorial GRDF, a animé une rencontre avec une trentaine de PME régionales : « Nous souhaitons trouver des prestataires locaux afin de nous accompagner dans le déploiement de 300 000 compteurs communicants Gaz de France sur la période 2019-2022, dans l’Ain, la Métropole de Lyon, l’Ardèche, la Loire et la Drôme. Avant publication de notre appel d’offres, nous avons fait part de nos besoins et de nos attentes dans l’optique d’aider les PME locales à formuler des propositions techniquement et économiquement attractives ». Cette démarche s’inscrit dans la volonté de GRDF de diversifier son panel de PME fournisseurs et de s’appuyer sur des savoir-faire locaux, souvent synonymes d’excellence opérationnelle et de flexibilité. Mais pour ce faire, les candidats doivent présenter une offre conjointe et solidaire comprenant l’intervention sur le terrain mais aussi des compétences en gestion des clients, communication et pilotage du remplacement des compteurs. « Cet exemple de partage de savoir-faire illustre une transformation des rapports, indique Gaëtan de Sainte Marie. Les grands groupes ne se contentent plus d’utiliser les PME en tant que simples sous-traitants, ils se positionnent dans une logique de codéveloppement, voire de co-innovation ». C’est l’émergence de nouvelles formes de relations collaboratives, à la fois en R&D et dans le processus industriel. À la clé : une baisse des coûts, la valorisation des compétences locales et une recherche conjointe de compétitivité du tissu industriel. De plus en plus d’activités innovantes sont ainsi transférées par les grands groupes vers les PME. Cet écosystème mutualiste tend vers un résultat gagnant-gagnant pour chacun des acteurs et permet de faire face à l’incertitude dans un environnement très peu stable. Plus agiles mais moins outillées, les PME accèdent à des ressources considérables, notamment des expertises métiers, la mise à disposition de laboratoires, le dépôt de brevets et des réseaux de distribution. Les grands comptes bénéficient d’un accès privilégié à des structures souples, réactives et surtout innovantes

Servan Le Guern,
directeur territorial GRDF
Lyon, 69

Lyon Pacte PME

Piloté par Grand Lyon l’Esprit d’Entreprise, ce dispositif vise à rapprocher les grands comptes des PME. Il organise des conférences et des business meetings autour du développement à l’international, des RH, de l’innovation et des achats. 250 dirigeants de PME et 280 dirigeants grands comptes ont déjà participé à ces rencontres. Prochains rendez-vous : les achats d’innovation, le 28 mars et les achats publics, le 27 juin.

Isabelle Dufour
04 72 40 82 48
www.lyon-metropole.cci.fr/lyonpactepme

 

 

Lire Grand témoin, PIERRE MATUCHET, directeur marketing de Voyages SNCF :
« Le digital transforme tous nos modes de fonctionnement »