Recrutement

Recruter sans se tromper, 7 idées inspirantes

Publication : N° 5 septembre 2017

Le paradoxe est désolant, mais beaucoup de dirigeants d’entreprise ne trouvent pas les profils dont ils auraient besoin pour se développer ; ou ne savent pas les trouver ! Sabine Piot-Prud’homme, DRH d’Addev Materials, et Olivier Blanc, dirigeant de Sam Outillage, deux entreprises industrielles ayant connu une croissance rapide, exposent leurs points de vue et réflexes de recrutement.

1. Structurer ses ressources humaines

Au-delà de 200 collaborateurs environ, il devient essentiel de structurer son service des ressources humaines et de poser les bases d’une stratégie de recrutement interne et externe à court et à moyen termes. «Nous avons mis en place une fonction RH transverse après les rachats successifs de plusieurs sociétés, explique Sabine Piot-Prud’homme, DRH d’Addev Materials, dont l’activité a cru de façon exponentielle au point d’augmenter les effectifs de 25 % en un an. Dans cette politique de croissance externe, nous avons choisi de garder les compétences en place, et de ne pas révolutionner les méthodes de travail pour encourager l’esprit entrepreneurial ».

64 %
des PME rencontrent des difficultés pour recruter. En cause, la pénurie de compétences, le manque de motivation des candidats, les complexités juridiques et administratives. Source : Insee
Sabine Piot-Prud’homme
DRH d’Addev Materials
Lyon, 69

2. Décrire précisément le profil du poste

« Tant que le profil n’est pas défini précisément, inutile de commencer son recrutement, poursuit Sabine Piot-Prud’homme. Il est nécessaire de consacrer du temps pour rendre le poste attractif et motivant. Et lors de l’entretien, de recruter avec deux coups d’avance… en projetant les candidats dans leur fonction à venir et en faisant émerger leur potentiel pour la suite. Car dans une TPE ou une PME, il faut pouvoir faire évoluer rapidement les collaborateurs et stimuler leur motivation ».
« Pour limiter les échecs, il convient d’être très clair au moment de l’embauche, insiste Olivier Blanc, directeur général de Sam Outillage. Et plutôt que de chercher à ce que la nouvelle recrue soit opérationnelle immédiatement, mieux vaut aborder avec elle tous les contours du poste : les problématiques, les avantages, il ne faut rien cacher de ce qui attend le candidat. Il faut aussi l’informer des grandes perspectives de l’entreprise. C’est l’une des clés de la fidélisation, car cela donne du sens à l’intégration et au parcours de chacun. Quelle que soit la personne, elle apprécie l’accès à la parole et de se retrouver en lien avec la stratégie de l’entreprise ».

3. Mettre en place les processus d’intégration

Chez Sam Outillage, un parcours d’intégration de 2 mois est proposé. Il vise à accompagner la jeune recrue dans sa prise de fonction, mais aussi dans ses relations avec ses collaborateurs. Chez Addev Materials, des points à date sont fixés de manière régulière durant la 1ère année d’intégration : « C’est essentiel pour éviter les hiatus et l’échec de recrutement, transmettre la culture d’entreprise et aussi écouter le rapport d’étonnement de la personne embauchée, c’est-à-dire lui donner la possibilité de critiquer pour enrichir et construire l’activité de demain ».

 

4. Ne pas recruter des clones

« Le recrutement du clone - même formation, même parcours, même origine… -, c’est un handicap pour l’économie française, alarme la DRH d’Addev Materials. Si tout le monde se ressemble, où est la créativité ? La contradiction n’est pas toujours facile à entendre, mais ô combien intéressante. Il faut chercher des personnes différentes qui vont obliger à sortir du cadre et donc permettre de rester dans la course à l’innovation ».

Olivier Blanc
Directeur général de Sam Outillage
Saint-Etienne, 42

5. Jouer la carte de la proximité

Les dirigeants d’Addev Materials sont accessibles et encouragent les valeurs entrepreneuriales. « Pour les jeunes, cela constitue une vraie source de motivation. Ils se disent : ce n’est pas l’entreprise en tant qu’entité qui va me permettre de me réaliser, mais c’est bien l’échange avec les autres, dont les dirigeants. Je me sens écouté, valorisé et je peux projeter un avenir donc je m’engage. Tout le monde est gagnant ».
Même posture chez Sam Outillage où Olivier Blanc estime que « l’intérêt de la PME versus les grands groupes est la proximité avec la direction et la possibilité pour les collaborateurs, y compris parmi les récentes recrues, de faire part de projets »

70 %
des alternants décrochent un contrat de travail moins de 6 mois après leur formation. Source : Insee
1 400
jeunes ont participé aux Journées Chrono de l’Alternance, organisées par la CCI en mai 2017.

6. Attirer des jeunes… et les fidéliser

« En phase de croissance, la difficulté consiste à trouver rapidement des personnes compétentes et motivées. Nous avons mis en place des partenariats avec les écoles dans nos métiers et autour de nos sites pour nous faire connaître et avons lancé une dynamique de stages et VIE (Volontariat international en entreprise) importante, rappelle Sabine Piot-Prud’homme. C’est essentiel quand on est une PME issue du monde industriel et dont le nom n’est pas évocateur. Les jeunes représentent des potentiels dès leur première expérience, même dès le stage. À nous de les projeter dans l’étape d’après pour, éventuellement, les recruter ensuite. La formation en alternance est en plein développement chez nous. Après deux années d’expérience, il n’est pas rare que nous enchaînions sur une embauche ».
Olivier Blanc, pour sa part, fait le pari d’embaucher des jeunes : « Cela attire d’autres jeunes, favorise l’image de l’entreprise au sein des écoles où nous proposons des stages et représente un important vivier d’intégration pour notre PME. L’un de nos jeunes diplômés a travaillé pendant 24 mois au développement d’un produit innovant avec Airbus. Une collaboration réussie qui prouve l’importance de faire confiance et d’oser recruter ! ».

7. Multiplier les canaux de recrutement

Le conseil d’Addev Materials : « Tous les moyens sont bons pour communiquer sur le recrutement. En publiant sur nos réseaux sociaux personnels, on augmente les chances de trouver la bonne personne. Et un patron qui publie en son nom va plus facilement motiver les candidats ! ».
Le conseil de Sam Outillages : « Encouragez la cooptation, car cette démarche s’inscrit dans l’esprit réseau et ajoute à la fiabilité du recrutement ! ».

Apprentissage gagnant 
La CCI gère un site régional dédié aux recrutements en contrats d’alternance ou de professionnalisation. Chaque année, entre 1 800 et 2 000 jeunes, du CAP à l’ingénieur, déposent leurs candidatures pour 500 offres de contrats publiées. Une solution idéale pour une formation sur mesure !
www.rhone-alpes-apprentissage-alternance.com

Tessa Melkonian Emlyon Retouché

Lire le Grand témoin TESSA MELKONIAN, professeur de management à l'emlyon business school : "Accueillir un nouveau profil est un challenge"