ZFE

QUELS IMPACTS POUR LES ENTREPRISES ?

Publication : N° 17 OCTOBRE 2021

Avec la mise en place d’une Zone à faibles émissions (ZFE) à Lyon, et bientôt à Saint-Étienne, les véhicules dédiés au transport de marchandises aux vignettes Crit’air 3, 4 ou 5 n’ont plus le droit de circuler et de stationner. La nouvelle réglementation oblige les entreprises à rouler propre et à investir dans une nouvelle flotte.

La CCI défend les intérêts des entreprises dans le déploiement des ZFE et fait entendre sa voix pour influer sur les décisions et la réglementation.

66 %
des émissions de dioxyde d’azote dans la métropole de Lyon ont pour origine le trafic routier.
2026
Année à partir de laquelle tous les véhicules diesel, professionnels comme particuliers, seraient interdits dans la ZFE lyonnaise selon le projet de la Métropole de Lyon.
2027
Interdiction de circulation des poids lourds, fourgons et fourgonnettes ayant une vignette Crit’air 3 dans la ZFE Saint-Étienne.

D’ici au 1er janvier 2024, l’ensemble des agglomérations françaises de plus de 150 000 habitants a l’obligation de mettre en place une Zone à faibles émissions (ZFE), excluant de façon progressive les véhicules considérés comme les plus polluants. À l’image de Grand Paris et Grenoble, la Métropole de Lyon applique ce dispositif écologique depuis le 1er janvier 2020 pour les Poids lourds (PL) et les Véhicules utilitaires légers (VUL) destinés au transport de marchandises (catégorie N sur la carte grise). Les détenteurs de la vignette Crit’air 3, 4 et 5 ne peuvent plus ni circuler ni stationner dans Lyon – excepté la zone du port Édouard Herriot –, à Caluire-et-Cuire et dans les secteurs des communes situées à l’intérieur du périphérique Laurent-Bonnevay (Villeurbanne et Caluire, Bron et Vénissieux).

DU COTE DE SAINT-ÉTIENNE, à compter de l’année prochaine et à l’intérieur d’un triangle autoroutier délimité par l’A72, la RN 88 et la RD 201 (rocade Ouest), les poids lourds immatriculés avant le 31 décembre 1996 ne pourront plus circuler. L’interdiction sera étendue à partir de 2025 aux Crit’air 4 et 5, puis 3 en 2027. La mise en place de ces ZFE impacte fortement les entreprises. Les dirigeants doivent s’assurer que leur flotte automobile répond aux critères imposés. En cas d’infraction, le montant de l’amende est de 68 € pour les véhicules utilitaires légers et de 135 € pour les poids lourds. Les entreprises n’ont donc pas d’autres choix que d’investir dans des véhicules roulant à l’électricité, à l’hydrogène ou au gaz naturel (GNV-GNL), ainsi que dans les hybrides rechargeables et les motorisations essence récentes. Mais au-delà de leur prix élevé, les versions propres de VUL ne sont pour l’heure pas toutes adaptées aux usages, notamment au transport de charges lourdes sur de longues distances. En outre, la transition énergétique du parc de véhicules nécessite l’existence d’un réseau de bornes de recharge et de ravitaillement maillant finement le territoire.

FACE A CETTE SITUATION PROBLEMATIQUE, la CCI informe et sensibilise les entreprises sur le dispositif et les aides de l’État et métropolitaines, comme la prime à la conversion d’un montant de 7 000 euros. Elle les représente aussi dans la concertation engagée pour définir les futures extensions, le calendrier de mise en œuvre et les dérogations nécessaires à apporter.

 

Tanguy Petit / 04 72 40 82 03
zfe@lyon-metropole.cci.fr
www.lyon-metropole.cci.fr

CONCERTATION
Jusqu’au 5 février prochain, la Métropole de Lyon organise une concertation sur les modalités de renforcement de la ZFE. Chacun, particulier et professionnel, peut donner son avis et formuler des propositions, ainsi que des solutions alternatives à la voiture.
jeparticipe.grandlyon.com