COMMENT J’AI FAIT POUR…

Pour me lancer dans la restauration

Publication : N° 18 Janvier 2022

Sans aucune compétence en la matière ni expérience, VIRGINIE COTTIN et son mari ont repris un restaurant, dans leur village touristique d’Ambierle, près de Roanne. Pour conduire les négociations avec le repreneur et trouver des financements, ils se sont fait accompagner.

1. Le problème

Autrefois enseignante, Virginie Cottin est aujourd’hui à la tête du bar-auberge-restaurant Le Lancelot, d’une capacité de 30 couverts à midi et en soirée, qu’elle a ouvert le 4 juin 2020. Son mari officie en salle et elle en cuisine, avec la volonté de participer à l’animation de leur village d’Ambierle, où ils habitent. Un profond changement de vie pour ce couple qui ne bénéficiait d’aucune expérience et compétence en restauration. Ils ont racheté leur affaire – en vente depuis juin 2019 – avant les fermetures du 1er confinement, non sans prendre le soin de se faire accompagner pour le montage du projet et la phase de négociation.

2. La solution

« Nous n’avions aucune idée de la manière dont se conduisent un rachat et une création d’entreprise, confie Virginie Cottin. Heureusement, nous avons bénéficié d’un accompagnement de la CCI. Cet appui s’est révélé fondamental, tant pour définir nos motivations que pour monter les dossiers de financements, notamment auprès de Loire Active, qui a facilité l’organisation du tour de table et généré un effet de levier positif auprès des banques. La caution de cet organisme a été déterminante pour convaincre notre banque de nous suivre, alors même que nous n’avions aucun apport personnel. Il est en outre facilitateur pour les femmes entrepreneurs en se portant garant sur le prêt jusqu’à 80 % de son montant ». La nouvelle restauratrice a ainsi participé à une dizaine de réunions individuelles avec son conseiller afin de finaliser l’ensemble des démarches nécessaires à la reprise.

3. Les premiers résultats

Après des débuts très encourageants à l’ouverture, le couple a organisé une offre de plats à emporter lors du 2e confinement afin de maintenir un chiffre d’affaires. Depuis l’été 2021, l’activité est en dents de scie : « tous les clients n’ont pas anticipé l’obligation de passe sanitaire, ce qui a ralenti notre reprise. Nous constatons aussi que les habitudes changent, mais nous restons optimistes pour la saison d’hiver, car notre restaurant s’impose de plus en plus comme un lieu de convivialité ». Le duo compte sur les fêtes de fin d’année, les anniversaires, les événements des associations du village et les réservations de groupe pour booster les résultats.

LE LANCELOT,  Ambierle, 42

Création : 2020
Effectif : 2
Couverts à midi et le soir : 30

Norbert Gayte
04 77 44 54 68
www.lyon-metropole.cci.fr