L'exemple de Sudelec

L’enjeu d’organisation

Publication : N° 5 septembre 2017

Serge Calmard, pdg de SudelecInstallé dans son nouveau bâtiment de production depuis un an, Serge Calmard, le pdg de Sudelec, est fier des progrès accomplis. Pour ce fabriquant de cartes électroniques d’Usson-en-Forez, usine du futur rime avec meilleure organisation. « Quand on grossit et que l’on veut rester compétitifs et désirables, il faut de bons outils », dit-il. Le plan Performance PME de la CCI, consécutif au programme d’amélioration de la production proposé par le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas), l’invite à se remettre en question. À la clé : une productivité en hausse de 10 % et un taux de livraison à temps (le fameux OTD) passé de 60 % à 95 %. Ce patron qui veut faire de son entreprise un « bijou industriel » estime avoir atteint un niveau d’organisation équivalent à celui des grands groupes et en fait un argument de vente. « J’essaie d’automatiser tout ce qui est automatisable, poursuit-il, ce qui n’est pas synonyme de disparition des emplois. Plus on investit, plus on embauche, et plus on monte les niveaux de compétences en instaurant de meilleures conditions de travail ».