Commerce

Le roi, c’est encore moi

Publication : N° 8 septembre 2018

Moi, c’est-à-dire le client. Celui qui a le choix, l’envie, le besoin et l’argent. C’est le consommateur, aujourd’hui, qui exhorte les commerçants à panacher technologies, circuits courts, services, expériences. Le commerce traditionnel et plus encore les magasins de proximité profitent de ce retour à une consommation plus éthique, plus informée, plus mesurée et plus locale. Gros plan sur des commerçants qui vont de l’avant, ne craignent pas d’investir et défrichent des territoires qui leur étaient précédemment inconnus.

Les temps changent, les gens aussi ! Et le commerce doit se repenser sur toute la ligne, ce qui n’est pas évident dans une société où les mauvaises nouvelles succèdent aux bonnes dans un espace temps infinitésimal et où des idées neuves apparaissent tous les jours, portées par une technologie lancée au grand galop. Rien ne semble figé à l’ère d’une consommation plus réfléchie, mesurée et informée que par le passé. Et qui laisse des ouvertures aux professionnels refusant de se soumettre. « La notion de service va devenir essentielle ; elle l’est déjà, assure Nathalie Bobin, propriétaire avec son époux d’un Intermarché de 890 mètres carrés dans le centre-ville lyonnais. Flexibilité et adaptabilité sont nos maîtres mots. On se doit d’être imaginatifs et d’investir pour offrir les services que notre clientèle attend. Cela nous a conduit il y deux ans à installer une solution de drive 24 heures sur 24. Les gens commandent et paient en ligne puis viennent récupérer leurs achats dans des casiers où l’on peut placer aussi bien du surgelé que des produits frais ou secs. La guerre des mètres carrés dans les commerces sera bientôt dépassée ; on remplacera les surfaces de vente par des espaces de services ». De fait, résumer les enjeux qui se présentent au commerce traditionnel n’est pas aisé, mais trois d’entre eux semblent cruciaux : résister aux colosses mondiaux du e-commerce, rentabiliser les investissements dans le digital et formaliser l’expérience-client que celui-ci a envie de vivre.

Contact CCI
04 72 40 58 58
 www.lyon-metropole.cci.fr

“Nos 6 000 clients sont dans l'ensemble très attachés à notre marque.”
Bénédicte Curan
Fondatrice de Recettes et Cabas et élue CCI, Lyon, 69
CLICK AND SHOP
Rendez-vous le 18 octobre à la Cité du design de Saint-Etienne pour le 1er salon du e-commerce en Auvergne-Rhône-Alpes. Plus de 60 professionnels seront réunis pour partager leur expérience, conseiller et proposer des solutions numériques ou logistiques aux e-commerçants débutants ou confirmés. Inscription gratuite sur
http://clickandshop.fr/
12 500 €
Le budget annuel des ménages du Rhône, d'une partie de l'Ain, de l'Isère et de la Loire pour leurs achats de produits alimentaires et non alimentaires. Source : 10e Enquête Consommateurs 2017 - Périmètre CCI Lyon Métropole
18,4 %
L'emprise des petits commerces pour les achats de produits alimentaires. Les grandes surfaces restent le premier canal de distribution (71,4%). Source : 10e Enquête Consommateurs 2017 - Périmètre CCI Lyon Métropole

MONTBRISON, ROANNE ET TARARE, LAUREATES DU PROGRAMME ACTION CŒUR DE VILLE

 

Parmi les 222 villes retenues en mars dernier pour bénéficier d’un plan sur 5 ans afin de les aider à redynamiser leur centre-ville, figurent Montbrison, Roanne et Tarare. Au total, 5 milliards d’euros seront investis, par la Caisse des Dépôts notamment, dont une partie pour le développement du commerce et l’accompagnement des commerçants dans leur transition numérique. Un volet du programme permet aussi de dispenser les grandes surfaces de demandes d’autorisation quand elles souhaitent s’implanter en centre-ville.

Impliquée dans ce dispositif, la CCI a décidé d’allouer une enveloppe spécifique et de créer, à l’échelle de ces trois villes, un observatoire des rez-de-chaussée commerciaux : leurs destinations, leurs évolutions, les chiffres d’affaires réalisés…
Cet observatoire permettra de formuler des préconisations d’actions ; il a vocation à être déployé dans d’autres villes par la suite.

 

“La CCI accompagne les commerçants, aussi bien pour la modernisation de leurs points de vente que pour leur développement numérique. Elle est un allié du succès.”
Jocelyne Panserat
Présidente de la commission Commerce de la CCI
ET HOP, SHOPOPOP !
Cette plateforme de livraison collaborative entre particuliers créée à Nantes se déploie à Lyon et à Saint-Étienne. Il s’agit en quelque sorte du BlaBlaCar de la livraison : un particulier profite d’un déplacement pour embarquer un colis à livrer sur sa route. Il fait une offre et, sur la plateforme, la personne choisit la moins chère ou la plus rapide. Shopopop compte plus de 20 000 utilisateurs et près de 300 drives et commerces partenaires.
http://www.shopopop.com
1/2
Un habitant sur deux réalise des achats sur internet au moins une fois par mois. Source : 10e Enquête Consommateurs 2017
29 %
L’emprise des commerces de moins de 300 m2 pour les achats de produits non alimentaires. Source : 10e Enquête Consommateurs 2017 - Périmètre CCI Lyon Métropole
57,4 %
pour les grandes surfaces. Source : 10e Enquête Consommateurs 2017 – Périmètre CCI Lyon Métropole