Nouveaux exportateurs

LE GRAND SAUT

Publication : N° 4 avril 2017
Le grand saut d'un kangourou

Que se passe-t-il dans la tête d’un entrepreneur qui décide de se lancer à l’export ? Quelles sont les questions qu’il se pose ? Où trouve-t-il des appuis ? Comment sélectionne-t-il son premier pays d’implantation ? Des financements peuvent-ils faciliter les premiers pas hors de ses bases. Cinq entreprises, toutes débutantes à l’international, partagent leurs expériences.

La France n’est plus à un paradoxe près. Elle n’a pas connu d’excédent commercial depuis 2002, mais elle voue une entière confiance à son made in France, dont la réputation lui semble planétaire. Le solde de ses échanges de biens est régulièrement déficitaire, mais le poste relatif à ses échanges de services est habituellement excédentaire. Les économistes l’incitent à commercer plus directement avec les pays dits émergents, elle continue à privilégier ses voisins européens. Et plus que tout, en dépit d’une année 2016 marquée par une nouvelle envolée de son déficit commercial, la cohorte de ses entreprises exportatrices progressent encore. Elles étaient 116 000 en 2011 ; elles dépassent les 124 000 aujourd’hui !

17,6 MD€
Le chiffre d’affaires export réalisé par les entreprises du Rhône et de la Loire en 2016. Pour un chiffre d’affaires import de 21,5 Md€. Source : Douanes
6 000
Le nombre d’entreprises du Rhône et de la Loire qui exportent régulièrement. Source : Douanes

L’Etat, pour ce faire, a copieusement investi ; il a clarifié le rôle des structures d’accompagnement à l’export, dont Business France (créé en 2015 par fusion entre Ubifrance et l’Agence française pour les investissements internationaux) et les CCI sont les porte-drapeaux. Selon la dernière enquête Opinionway réalisée pour CCI International, 43 % des entreprises hexagonales de plus de 20 salariés commercent avec l’étranger, par le biais d’exportations ou d’une implantation, dont 51 % sont issus d’une filière industrielle. à l’échelle des départements de la Loire et du Rhône, on estime que 6 000 sociétés exportent régulièrement ; un chiffre qui croît chaque année, tout comme le nombre d’entrepreneurs reçus par les CCI puis orientés vers tel ou tel dispositif. Les PME souscrivent prioritairement à des aides leur permettant d’accéder à des données sur les marchés, les pays ou les réglementations, et d’être mises en réseaux. En début d’année, la CCI Lyon Métropole a donc enrichi son offre d’ateliers d’information et augmenté la fréquence de ses points de contacts. Elle a décidé de mieux coordonner ses actions avec ses partenaires (Métropole de Lyon, Saint-Etienne Métropole, Aderly, Medef, CPME…). Elle est également en lien avec l’ensemble des clusters, pôles et regroupements d’entreprises locaux actifs à l’international. Avec Designers+, par exemple, un collectif de professionnels du design créé à Saint-Étienne pour animer et professionnaliser cette filière en Auvergne-Rhône-Alpes, elle a organisé des matinées de formation et des rendez-vous avec des experts-pays ou des spécialistes du financement. « Nous avons essentiellement travaillé sur le marché chinois, explique Gaëlle Subileau, chargée de mission au sein de Designers+, car ce pays est fasciné par le design français. Parmi notre centaine d’adhérents, sept se sont montés en GIE pour être plus forts et séduisants en Chine. La formation leur a ouvert les yeux : précédemment, l’international était une forme de fantasme pour eux. Aujourd’hui, ils évaluent plus directement les atouts dont ils disposent, ainsi que les arguments à fournir. Je dirais qu’ils osent enfin ! ». Ces petites entreprises qui osent, loin d’être uniques, ont toutes un objectif commun : une moindre dépendance au marché national.

Contact CCI
Jean-Luc Chapelon, responsable du pôle Développement international

04 77 43 04 55 (Saint-Etienne)
04 72 40 82 66 (Lyon)

“La Chine est fascinée par le design français”
Gaëlle Subileau
Designers+, Saint-Etienne (42)
PERMANENCES MENSUELLES
La CCI organise tous les mois, à Lyon, Saint-Etienne et Roanne, des permanences sur la question du financement à l’export. Les entreprises viennent y présenter leur projet à des financeurs potentiels.

En package ou à l'unité ?

Nouveauté de la CCI cette année : un cycle annuel d’ateliers d’information sur les sujets de réglementations internationales organisés à Lyon, Saint-Etienne et Roanne. Les entreprises peuvent choisir d’assister aux quatorze ateliers du cycle en souscrivant un abonnement ou de ne participer qu’à l’un d’entre eux. Deux autres cycles sont proposés selon le même principe sur des thématiques en lien avec les pays à potentiel auxquels on ne pense pas forcément ou centrés sur des marchés spécifiques.

2 860
Le nombre d'entreprises accompagnées par la CCI Lyon Métropole en 2016.

TOUS AU CLUB

Trois clubs CCI permettent aux entreprises de se rencontrer et de partager leurs expériences : le club World Trade Center CCI à Lyon et les deux clubs International de Saint-Etienne et de Roanne. à Lyon, les adhérents se réunissent une fois par trimestre à l’heure du déjeuner autour de questions techniques ou de la découverte de zones géographiques spécifiques.

EXPORT UP

Le programme Go Export d’accompagnement des entreprises débutantes à l’international par la CCI s’enrichit cette année d’une offre spécifique pour les startups. Export Up aborde les questions de financement, de réseaux, d’interculturalité… La startup choisit parmi ces sujets celui dont elle a besoin en priorité.