Panorama

Le dynamisme retrouvé de l’économie ligérienne

Publication : N° 11 septembre 2019

L’Observatoire 2018 sur les évolutions économiques dans la Loire* confirme le regain d’activités des entreprises ligériennes. Les échanges internationaux et la création d’entreprise enregistrent de belles performances et portent ce dynamisme.

L’économie du département de la Loire a poursuivi, en 2018, sur la lancée de l’année précédente. Témoin de bonne santé : les 6 751 créations d’entreprises enregistrées en 2018, meilleure performance depuis 2010. Les immatriculations ont progressé de 10 % sur un an, portées par le secteur des services (+ 12,7 %) représentant à lui seul 62,4 % de ces nouvelles activités. Parmi celles-ci, 71 % ont vu le jour sous le statut d’entreprises individuelles. Le nombre de commerces est également orienté à la hausse (+ 6,6 %) et repasse la barre des 1 300 établissements ouverts, un seuil jamais atteint depuis 2014. L’industrie, en revanche, enregistre un recul de 5,1 %.

Des échanges internationaux en hausse
Autre bonne nouvelle, l’internationalisation de l’économie ligérienne se confirme avec une hausse du volume d’échanges et une balance commerciale à l’équilibre (+ 600 000 euros). Une performance notable dans un contexte national marqué par plus de dix ans de déficits commerciaux. Dans le détail, les importations progressent de 5 % pour une valeur de 4,2 milliards d’euros. L’Europe reste le principal approvisionneur des entreprises, notamment l’Italie (14 %), l’Allemagne (14 %), l’Espagne (9 %) et les Pays-Bas (8,8 %). L’Asie, la Chine en tête (8,3 %), est le deuxième pourvoyeur des PME ligériennes devant l’Afrique, notamment la Tunisie (2,4 %).
Du côté des exportations, elles atteignent 4,2 milliards d’euros d’échanges, en progression de 6,5 % par rapport à l’année précédente. Les PME de Loire vendent principalement des produits chimiques, des machines d’usage général, des équipements automobiles, ainsi que des produits issus de l’agriculture et de la chasse, avec comme principal débouché l’Europe : Allemagne (14 %), Italie (14 %), Espagne (9 %), Belgique (6,9 %) et Royaume-Uni (5,2 %).

Bilan nuancé en termes d’emplois
Le volume des effectifs salariés, qui avait nettement progressé entre 2014 et 2017, a marqué une pause en 2018. Il s’établit à 191 400 contre 191 800 en 2017. Très présente dans le tissu économique ligérien, l’industrie représente 25 % de l’emploi salarié en 2018, un taux supérieur à ceux de la région Auvergne-Rhône-Alpes et de la France. Après avoir fortement chuté entre 2012 et 2015, les effectifs des entreprises industrielles s’étoffent depuis trois ans. En 2018, ils ont augmenté de 0,7 % pour atteindre 47 530 salariés. Avec des hausses respectives de 5,3 % et de 4,7 %, la chimie-pharmacie et le bois-meuble sont les plus dynamiques du département. Dans une moindre mesure, la métallurgie-mécanique gagne également des salariés (+ 1,7 %). En revanche, certaines activités importantes marquent le pas. C’est le cas de l’agroalimentaire (-0,8 %) et le textile (-0,7 %). Dans le commerce (+Cré 0,2 %), la croissance est portée par le commerce de gros et le commerce de détail avec la création respective de 30 et 40 postes. La réparation d’automobiles et de moto en perd 10. En revanche, les services ont souffert et reculent de 0,9 %. Avec 98 730 emplois, un salarié sur deux travaille toujours dans ce secteur dans la Loire. À noter que l’artisanat reste un grand pourvoyeur d’emplois. En 2018, ses effectifs salariés grimpent à 27 660, soit une hausse de 4,2 % sur l’année.
Point noir relevé par cet observatoire : les entreprises ligériennes ressentent de plus en plus de difficultés à embaucher. Les dirigeants déclarent que 57 % des projets de recrutement seraient difficiles à conduire pour 2019, contre 38 % en 2017.
Lire aussi : « Roanne : les leaders économiques recrutent »

L’Observatoire 2018 sur les évolutions économiques dans la Loire est téléchargeable ici.

* Depuis une quinzaine d’années, la CCI Lyon Métropole Saint-Étienne Roanne, la Chambre de métiers et de l’artisanat de la Loire, Emplois Loire Observatoire, Epures et l’Urssaf mettent en commun leurs compétences et décryptent l’économie ligérienne.