Se réinventer

GRAND TÉMOIN Pierre-Yves Gomez

Publication : N° 14 septembre 2020

C’EST LE MOMENT D’INVENTER UNE ÉCONOMIE RAISONNABLE, DURABLE ET PAISIBLE

Est-ce que le télétravail est la nouvelle entreprise du fameux monde d’après ?
Pierre-Yves Gomez :
La crise sanitaire ne créera rien de neuf, mais elle accélère le mouvement. Les managers ont découvert que les collaborateurs pouvaient travailler depuis chez eux, parfois en mode dégradé tout en étant aussi efficace, voire davantage. L’expérience actuelle massive du travail à distance prouve que son extension est possible et souhaitable. Mais qu’il faut l’utiliser avec discernement !

Au-delà de deux à trois jours par semaine, le télétravail tend à distendre certains liens de collaboration et donc à rendre le travail plus abstrait, c’est-à-dire moins socialisé par les liens que nous entretenons, qui nous permettent de nous évaluer et de former une communauté.

 

Pierre-Yves Gomez
Directeur de l’Institut français de gouvernement des entreprises et professeur à emlyon

Que doivent faire les pme du territoire pour résister ?
P-Y G : Les aides de la puissance publique doivent être orientées en priorité vers les petites entreprises, plus fragiles par définition, mais constituant le tissu économique, notamment celles dont la disparition serait dommageable pour notre écosystème. Ensuite, les entreprises plus grandes et plus solides ont leur rôle à jouer dans la sauvegarde de leurs sous-traitants et de leurs fournisseurs. L’accélération de leurs paiements pourrait faciliter les trésoreries instables, ainsi que le choix de privilégier les partenaires locaux, même si ces derniers pratiquent des tarifs un peu plus élevés. L’efficacité de ces mesures ne peut réussir qu’avec l’adhésion des consommateurs. Comme les donneurs d’ordre, ceux-ci doivent soutenir l’économie en achetant des produits issus du territoire. C’est plus exigeant, certes, peut-être plus cher, mais il faut savoir ce que l’on veut.

Est-ce que cette crise va inciter les entreprises à adapter de nouvelles pratiques ?
P-Y G : Depuis plusieurs années, on assiste à une transformation lente, mais inexorable de l’économie avec une exigence pour plus de responsabilité des entreprises, de prise en compte des questions sociétales et environnementales et d’implication dans la société.
Les attentes sont d’autant plus fortes que la crise a manifesté notre dépendance et notre fragilité. Nous avons aujourd’hui une opportunité historique de nous préparer à un avenir environnemental, mais aussi social, fortement dégradé.
Les secteurs économiques doivent inévitablement changer leur manière de produire, d’utiliser des ressources ou d’exploiter des différentiels de coûts de production. C’est le moment de le faire, d’investir pour inventer une économie raisonnable, durable et paisible. Mais il existe encore beaucoup de résistance au changement parce que la façon actuelle de gouverner reste très tributaire de la performance financière.

RECHERCHE
L’Institut français de gouvernement des entreprises pointe les limites d'une gouvernance d'entreprise uniquement construite autour de critères économiques et financiers. Ses travaux couvrent le rôle et la responsabilité humaine des dirigeants, l'épargne salariale, la gestion et la valorisation du capital humain et la responsabilité sociale de l'entreprise.
ifge-online.org

AVEC AMBITION RÉGION, ILS SONT SORTIS DE LEUR ZONE DE CONFORT !

Ce dispositif financé en partie par la Région et déployé par la CCI est un booster immédiat de réflexion et de remise en question. Il accompagne les entreprises sur le chemin d’une meilleure productivité, réactivité, efficacité. […]