Economie circulaire

Grand témoin Ellen MacArthur

Publication : N° 7 avril 2018

«Une économie qui consomme moins, c'est un futur viable »

Pourquoi avoir créé une Fondation dédiée à l’économie circulaire ?

Ellen MacArthur : Lorsque vous naviguez, votre bateau est votre monde entier, ce que vous prenez au départ est tout ce que vous avez. Aucune expérience n’aurait pu m’apporter une meilleure compréhension de la définition du mot « limité ». J’ai fait le lien. Notre économie mondiale est entièrement dépendante des matières limitées que nous ne possédons qu’une fois. J’ai entrepris l’aventure d’un nouvel apprentissage et j’ai décidé de laisser la voile derrière moi afin de me concentrer sur le plus grand défi que j’avais jamais rencontré : le futur de notre économie mondiale. La vie existe depuis des milliards d’années et s’est continuellement adaptée à l’utilisation efficace des ressources. Tout est métabolisé et régénéré. C’est une économie circulaire. C’est avec cette idée en tête que nous avons créé la fondation Ellen MacArthur en septembre 2010. Beaucoup d’écoles de pensée ont nourri notre réflexion. Il s’agit de développer et de diffuser ces idées bien réelles.

Ellen MacArthur
Fondatrice et présidente de la Fondation Ellen MacArthur. Navigatrice britannique. A battu le record du tour du monde à la voile en solitaire en 2005.

Comment agissez-vous pour faire changer le modèle économique ?

E MA : Nous avons voulu travailler avec les meilleures universités du monde, les entreprises et les gouvernements. La fondation explore les différentes approches par des travaux de recherche et d’analyse. Pour mettre l’accent sur le concret, nous collaborons avec de grands groupes comme Danone, Google, H&M, Nike, Philips, Renault, Solvay ou Unilever. Nous avons créé une plateforme internationale pour l’enseignement de l’économie circulaire, un forum de l’éducation, ainsi qu’un festival en ligne sur les nouvelles tendances économiques. Nous publions également des rapports et des ouvrages.

Où en est le programme Circular Economy 100 ?

E MA : Lancé en 2013, le CE100 réunit des grands groupes industriels, des start-ups et PME, des autorités gouvernementales, des régions. Cette plateforme vise le développement des connaissances et cherche à identifier les conditions favorables pour piloter les pratiques circulaires. Le but est d’aider les entreprises à développer de nouvelles possibilités en matière d’économie circulaire.

Quelles avancées avez-vous constatées ?

E MA : Nos derniers travaux concernent les plastiques et les textiles ; ils ont été présentés au Forum économique mondial de Davos. Pour les plastiques, notre étude montre que si nous ne changeons pas, il y aura plus de plastiques que de poisson dans les océans d’ici 2050. Onze entreprises partenaires se sont donc engagées à produire des emballages 100 % recyclables d’ici 2025. Notre rapport sur le textile met en avant les bénéfices d’une économie circulaire. Un tel modèle vise à éliminer déchets et pollution associée, tout en considérant les bénéfices économiques potentiels liés à un tel changement de paradigme. 

 

CIRCULATE
En 2015, la fondation Ellen MacArthur a créé le site d’informations Circulate. Alimenté par des contributeurs internationaux, il fournit un contenu de qualité sur l’actualité de l’économie circulaire et des nouvelles économies.
http://ellenmacarthurfoundation.org