Edito

Déplacements de proximité : pourquoi un tel enfer ?

Publication : N° 5 septembre 2017
Emmanuel Imberton
Président de la CCI LYON METROPOLE Saint-Etienne Roanne

Parce que le processus décisionnel de l’État ne répond que partiellement à une rationalité économique, mais davantage à une rationalité financière, dans un contexte budgétaire malheureusement au rouge vif ! Le Président Emmanuel Macron a annoncé qu’il voulait développer en priorité les transports du quotidien. Or, de grandes incertitudes planent sur les infrastructures de notre métropole : du projet de l’A45 annoncé pour 2022 entre Lyon et Saint-Etienne, que l’on dit au point mort, à la mise aux normes de l’A47, aux TER, à l’A7 ou encore à la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin. Il me semble important de rappeler qu’une métropole forte est une métropole fluide, et que nos infrastructures doivent être entretenues, développées, modernisées. Entrepreneurs, mobilisons-nous ; les arguments ne manquent pas !
Parlons en premier lieu de sécurité. Aujourd’hui, 100 000 véhicules empruntent chaque jour l’A47 entre Lyon et Saint-Etienne, alors que cette autoroute, ou plutôt cette voie rapide, est dimensionnée pour 55 000 et que la voie ferrée est saturée.
Parlons d’environnement, avec cette A47 qui brille par son absence de systèmes de récupération des eaux de pluie. Les risques d’une pollution accidentelle qui se déverserait dans le Gier, puis le Rhône, sont réels.
Parlons d’économie, enfin. Pour faire vivre un bassin qui tire l’économie de la 7e région d’affaires d’Europe, les axes routiers sont fondamentaux, voire la seule solution viable pour les déplacements inférieurs à 150 kilomètres. Or, parmi les projets d’infrastructures routières en France, l’A45 est celui qui présente le potentiel de trafic quotidien le plus élevé. Il est vital pour notre activité logistique, nos services, notre industrie, nos commerces. Au-delà, pour les déplacements compris entre 150 et 1 000 kilomètres, c’est le TGV qu’il convient de favoriser et à ce titre, les questions relatives à la pertinence de la liaison ferroviaire Lyon-Turin et à la proche saturation de la ligne Paris-Lyon, se posent. Les entrepreneurs en conviennent : la rapidité avec laquelle ils se déplacent est un élément de performance essentiel. Nous porterons leur voix avec vigueur sur ce sujet !