COMMENT J’AI FAIT POUR…

DÉMARRER À L’EXPORT

Publication : N° 16 Avril 2021

Pour faire croître son chiffre d’affaires en dehors des frontières françaises d’au moins 30 %, TATIANE DE FREITAS participe à plusieurs programmes de développement à l’export. Un vrai pari pour cette jeune marque installée sur le marché du maillot de bain haut de gamme.

1. Le problème

Née au Brésil, mais amoureuse de la France, Tatiane de Freitas a fait du maillot de bain, cette pièce emblématique de son pays et de son enfance, un succès d’entreprise. Ses collections colorées sont un concentré de culture brésilienne et de savoir-faire à la française. Elles se distinguent, sur un marché ouvert à la créativité et à la nouveauté, par des matières sourcées dans la région, ainsi qu’en Italie et en Espagne, auprès de professionnels reconnus et attachés à perpétuer l’art du tissage ou de la passementerie. Aujourd’hui distribuée à Lyon, Megève, Genève, au sein d’hôtels de luxe et via son e-shop, l’entreprise se sent mature pour se lancer à l’export, mais sans vraiment savoir comment aborder cette nouvelle aventure.

2. La solution

« Je voudrais aller dans des pays nourris par l’été, dit joliment Tatiane de Freitas : les États-Unis, principalement sur la côte Ouest et en Floride, l’Australie, l’Asie… ». La créatrice entre donc en contact avec la CCI qui lui propose de participer au programme French Fashion Days Aseano (Australie, Malaisie, Singapour, Thaïlande, Vietnam), une prestation éligible au plan de relance de l’État via le Chèque Relance Export. « Ce soutien à la fois financier et technique est précieux, poursuit Tatiane de Freitas. La Team France Export aide à comprendre les marchés auxquels l’on se destine, à trouver des prospects, des acheteurs, et à participer à des showrooms de promotion, ce qui fut le cas pour moi en mars dernier à Bangkok ».

3. Les premiers résultats

Tatiane de Freitas a bénéficié d’une aide de 2 500 euros de la part de l’État, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de Business France pour financer son action en Thaïlande. Elle a noué sur place des contacts précieux et qualifiés. Reste maintenant à transformer l’essai en ventes concrètes, ce qui passe par un travail de reporting, avec la mise en place de rendez-vous digitaux. La dirigeante, qui espère aussi participer prochainement à des salons à Paris et à Miami, vise à atteindre une progression de 30 % de son chiffre d’affaires à l’export dans les deux ans à venir. « Cela peut aller très vite, dit-elle, mais évidemment, il faut que le produit continue à plaire et que la crise sanitaire s’estompe. On rêve de cela tous les jours… ».

Coucou Bonita,  Lyon, 69

Création : 2015
Effectif : 4
Réseau : 40 distributeurs

Emilie Da Silva
04 72 40 57 28
www.lyon-metropole.cci.fr